img

Peuplée depuis l’Antiquité, les collines de Nice et ses villages typiques sont un concentré de French Riviera. Entre le bleu de la baie des Anges et les pinèdes vibrant de cigales et de parfums de lavande, bienvenue au cœur de la Côte d’Azur !

Une ville presque italienne aux collines antiques et sites prestigieux…

De Nikaïa (la “Victorieuse”) fondée par les Grecs sur l’actuelle colline du château à Cemenelum, villégiature romaine implantée sur la colline de Cimiez, le succès de Nice ne date pas d’hier… Première station balnéaire de la French Riviera promue par l’aristocratie anglaise, puis russe au début du 19e siècle – d’où sa célèbre promenade des Anglais et sa cathédrale orthodoxe. La ville regorge de palais et villas, et aussi d’édifices baroques datant de son rattachement au 17e siècle au royaume de Sicile. Cette ville aux cultures mélangées garde un bel air d’Italie comme dans les ruelles aux tons roses et ocres du Vieux Nice où l’on flâne tout en faisant provision d’huile d’olive, de fruits confits et autres douceurs provençales. On s’arrête sur la place Rossetti aux fontaines et terrasses à l’italienne, pour déguster l’une des meilleures glaces niçoises aux parfums parfois insolites : fraise tagada, romarin…

Pour séjourner dans le centre, on choisit le Best Western Plus Hôtel Masséna, superbe établissement à la façade Belle Époque, doté de chambres élégantes avec balcon et d’un accès privilégié à la plage privée du Ruhl. À moins d’une minute de marche, les jardins du Paillon qui mènent à la promenade des Anglais. Et pour faire le tour des principaux sites et quartiers de la ville, on prend le petit train qui dessert le marché aux fleurs, la vieille ville, la colline du château, où l’on fait halte avant de redescendre jusqu’à la baie des Anges et le jardin Albert 1er. Les amateurs d’art grimperont au nord la colline de Cimiez, pour découvrir les arènes et thermes antiques, admirer les belles demeures et palaces, tels la villa Paradiso (dont on peut visiter les jardins) ou le néogothique manoir Belgrano. Deux grands musées y siègent : le musée Matisse, qui retrace toutes les périodes du célèbre peintre, et celui dédié à Marc Chagall, lequel participa en personne à son agencement.

Les charmes de l’arrière-pays et ses villages perchés 


Entre deux escapades en ville et sur les 8 km de plage de la côte, on explore les petits villages typiques des collines alentour. En allant vers la cascade de Gairault, on s’arrête à Saint-Pancrace, pour voir l’étonnante maison de l’artiste Ben, couverte de tags et d’installations. Et plus haut, sur son éperon rocheux, le village médiéval fortifié de Falicon aux maisons parées de fresques en trompe-l’œil, dont la façade de la petite église baroque. La vue sur la mer et la nature luxuriante, entre oliviers et figuiers, y est spectaculaire. Les gourmands pourront se régaler dans son restaurant gastronomique, Le Parcours, au belvédère donnant sur la baie des Anges.

En montant encore, Aspremont, ancien fief des Comtes de Provence, est un village perché sur un promontoire qui offre un magnifique panorama sur la vallée du Var. Ruelles pavées, passages voûtés, jardins débordant de bougainvilliers et de lauriers, fontaines et lavoirs entourent des maisons colorées installées en spirale autour de l’église, au milieu de cultures en terrasses circulaires où se dressent arbres fruitiers, vignes et oliviers. Dernière étape, Castagniers, ses collines boisées et ses hameaux aux noms évocateurs : les Moulins, la Grotte, le Vignon, le Cabrier, le Carretier… On y trouve un moulin à huile, en activité depuis 1250, et sur le Mont Cima, entre cyprès et oliviers, on visite l’abbaye de Notre-Dame-de-la-Paix, où les sœurs concoctent de délicieux chocolats et confitures artisanales.

Envoyez-nous à votre tour vos plus beaux itinéraires et découvertes de Nice et son arrière-pays !