img

Quoi de mieux que La Toussaint, variante d’Halloween, pour jouer avec ses peurs ancestrales et découvrir d’étranges histoires à vous donner la chair de poule. Trois destinations insolites et leurs légendes effrayantes…

La vérité sur la Dame blanche, en forêt de Compiègne 

La légende de la Dame blanche, jeune auto-stoppeuse en robe immaculée qui va s’installer sur la banquette arrière pour disparaître dans un long hurlement à un certain virage, est un conte hanté fort répandu qui sévit, bien entendu, à l’approche de la fête des morts, et particulièrement dans la superbe forêt de Compiègne. Pour ceux qui seraient dubitatifs, ce charmant fantôme féminin « existait » bien avant l’apparition de l’automobile puisque, dès l’Antiquité, la créature faisait déjà du stop auprès des chars gallo-romains ! La forêt de Compiègne, ses collines, ses étangs et ses arbres pluricentenaires est en tout cas un lieu idéal où chasser le fantôme.

On se rend aussi à Pierrefonds, en lisière du domaine forestier, pour son château revisité par le grand architecte gothique Viollet-le-Duc. Autres rencontres possibles du côté de Saint-Jean-aux-Bois : abbatiale gothique, allée de mélèzes géants et carrefour du Diable… Pour ses remettre de ses émotions, on se réfugie au Best Western Hôtel Les Beaux-Arts, à Compiègne. L’ambiance est confortable, apaisante et raffinée. Petit-déjeuner et buffet dans une belle salle Gauguin, déjeuners et dîners au restaurant, le « Bistrot des Arts ». Et à dix minutes à pied de l’établissement, le palais de Compiègne, ancienne résidence royale et impériale, ouverte sur la forêt.

Le fantôme de Combourg et son chat, près de Saint-Malo…

Sur la route de Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, on s’arrête à Combourg, où se trouve le château de famille du grand écrivain romantique Chateaubriand. Dans ses Mémoires d’outre-tombe, on apprend que dans les couloirs de la Tour du Chat, circule un ancêtre promenant bruyamment sa jambe de bois. Et ceux qui auraient tenté de le déloger se seraient retrouvés face à un sombre félin aux pouvoirs occultes. À proximité, rendez-vous également à la Maison des fées, dans la forêt du Mesnil. Ancien lieu de culte celtique, elle abrite seize seins sculptés en granit, en hommage à la déesse-mère Dana, ainsi qu’un rocher pétrifié par un étrange sortilège…

On séjourne en terre de légendes dans la fière cité corsaire de Saint-Malo. Le Best Western Hôtel Alexandra, sa superbe terrasse, son bar et son restaurant gastronomique (plateaux de fruits de mer aux homards et autres spécialités bretonnes au menu) avec vue sur la plus longue plage de Saint-Malo, le Sillon, rendront l’escale inoubliable. On fait le tour des remparts et de ses forts, à la tombée de la nuit, et l’on peut aussi prendre le petit train, pour un tour de la ville commenté, truffé de nouvelles histoires sur les secrets de la cité malouine.

Le diable des îles de Lérins, au large de Cannes

Bien avant les Anglais, La Croisette et le Festival, la légende dit que le diable aurait élu demeure dans les îles de Lérins, alors d’un seul bloc appelé « Léro ». Pour le punir, dieu aurait plongé sous l’eau le rocher maudit avant de le faire ressurgir scindé en deux îles : Sainte-Marguerite et Saint-Honoré. Sur la première, le Fort royal et ses dépendances a un air de village fantôme. On visite avec effroi les anciennes geôles où fut prisonnier le Masque de fer. Plus petite, l’île Saint-Honoré abrite depuis le VIe siècle, un monastère et une abbaye où l’on peut faire provision de vin et d’essence de lavandin. On accède aux îles, depuis le vieux port de Cannes, en dix minutes de bateau. Dépaysement garanti. Notre adresse réconfortante dans la cité des festivals, le Best Western Plus Cannes Riviera & Spa, qui est un temple dédié à la détente et au bien-être. Grande terrasse, bar lounge, piscine sur le toit avec vue panoramique sur la ville, centre de massage, spa « Marilyn » avec soins Carita ou Décléor, sauna, hammam, douches à sensation… De quoi ressusciter les esprits comme les corps !

Faites-nous frissonner avec vos plus terrifiantes expériences autour d’Halloween…