img

Chaque dernier mercredi d’août, des tonnes de tomates sont déversées dans le village de Bunol, près de Valencia, en Espagne. Une fête gourmande, survoltée et bon enfant.
jexweber-foto-visualhunt

Mais d’où vient la Tomatina ?

La légende veut qu’en 1945, une bataille entre jeunes ait dégénéré en bataille de tomates « empruntées » au primeur d’à-côté. Sans doute exaltés par l’expérience, ils récidivèrent l’année suivante – avec leurs propres munitions cette fois-. D’année en année, la Tomatinaa ainsi pris de l’ampleur. Aujourd’hui, elle accueille des milliers de touristes venus du monde entier, et a même reçu le label de « Fête d’intérêt touristique international » en 2002.

Une bataille de tomates, ça se prépare

Vous imaginez ce que peuvent donner 150 tonnes de tomates écrasées dans les rues d’un village ? Alors, il s’agit de préparer le terrain. Les habitants recouvrent les bâtiments de bâches protectrices. Pendant ce temps, d’autres prennent des forces en mangeant un « bollo », spécialité locale à base de lardons et de saucisses sur une pâte à pain. D’autres encore attendent le top départ en buvant quelques bières… Les plus avertis enfilent leur tenue de combat : chaussures fermées, t-shirt blanc et masque de plongée.
renotahoe-visualhunt1

11 heures précises : 1er coup de canon. Que la fête commence !

Les camionsentrent alors en scène et déversent destonnes de tomates écrasées (financées par la ville) dans les rues.A partir de ce moment, tout est permis, ou presque : si on peut se défouler en jetant autant de tomates que possible sur ses voisins, on doit veiller avant à ce qu’elles soient bien écrasées, et il est interdit de jeter tout autre projectile, y compris son t-shirt mouillé !Au départ, il y a des équipes, les gens sont habillés et semblent organisés, mais très vite, la bataille part dans tous les sens et chacun ramasse des bouts de tomates pour les balancer n’importe où : la foule est si dense que le projectile atteindra forcément quelqu’un.
renotahoe-visualhunt2

12 heures précises : 2ème coup de canon. Les jeux sont faits.

L’arrêt est immédiat. C’est la règle. Chacun reprend ses esprits, la foule s’éparpille, et les pompiers prennent le relais pour nettoyer le tout avec leurs lances. Les habitants s’y mettent aussi en s’amusant à jeter des sceaux d’eau depuis leur fenêtre.

Vous prendrez bien un petit gazpacho ?